Yamoussoukro : Ces nouveaux quartiers qui ont déformé la tête du bélier…

Yamoussoukro- urbanisation-Première capitale du fait d’un dirigeant national, Yamoussoukro,  aussi village du premier Président de la Cote d’Ivoire, Félix Houphouët Boigny ; a une architecture unique. Construite sur les traces de N’Gokro, cette ville a été entièrement conçue dans l’imaginaire fécond et avant-gardiste du vieux comme on l’appelle affectueusement. Conçue à l’image même de l’emblème de l’illustre famille Boigny.

               La belle à la tête de bête

Entièrement inspiré par son génie architectural, le plan de Yamoussoukro est à l’image de l’emblème de la famille Boigny qui n’est autre que le bélier. Oui la tête du bélier est bien distinctive et même les constructions tardives, de son vivant, telles celle de la Basilique Notre Dame de la Paix n’ont pu altérer cette belle vue aérienne bien au contraire elle s’est emboitée telle la pièce manquante d’un puzzle qui retrouve enfin sa place.  Jusqu’en 1995, la Basilique, l’Hôtel Président et les autres joyaux architecturaux représentaient chacun une partie de la tête du bélier. Tout ceci repartie sur les huit premiers quartiers que sont: Assabou, Habitat, Dioulako, Kokrenou, Morofe, N’zuessy, 220 Logements, Énergie.  Ces quartiers sont agencés de sorte à refléter l’image de cet animal fort et craint dans la base cours. Celui-là même qui pouvait déraciner un arbre si l’élan était conséquent.

Avertissement ou juste une “magnification” ? L’on ne  le saura jamais.

               L’urbanisation galopante

Yamoussoukro est en plus de sa beauté et sa prospérité, un havre de paix qui attire de plus en plus au tour des années 90, la demande étant forte, de nombreux chantiers en périphérie des premiers quartiers voient le jour déformant ainsi petit à petit le beau profil de la tête de bélier. L’on voit alors sortir de terre des quartiers tant précaires que huppés. Et à ce jour nous avons  des quartiers comme le Millionnaire, le quartier Thérèse, la Riviera, Apsonic 1&2, TP et Sopim, sans oublier les villages, qui au fil des années, se sont invités dans le paysage de la capitale administrative, ce sont Kpa-n’gbassou, Kpoussoussou et autres.

Déformée la tête de bélier, accueille près de dix fois sa population en 41 ans, passant 37 000 habitants en 1975 à plus de 350 000  aujourd’hui et subit les assauts de celle-ci.  Pour dire que cette démographie galopante a fait perdre à Yamoussoukro de sa superbe même si malgré tout, il lui reste des traits distinctifs de beauté.

© YakroNews

LOUISE MARIE YAO

Yao Louise Marie

Louise Marie Yao, Chef de Production de YakroNews

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *